Les idées reçues #11 – Comment bien aborder la rentrée

Idées-reçues-dietetique-11

Les céréales c’est ce qu’il faut pour un bon petit déjeuner

C’est vrai qu’il faut un produit céréalier au petit-déjeuner mais attention aux céréales petit-déjeuner. Il en existe plusieurs sortes et souvent les enfants apprécient les céréales très sucrés fourrés au chocolat par exemple. Plus une céréale sera transformée (chauffée, cuite, fourrée) plus on augmentera la quantité de sucre simple c’est-à-dire du sucre très vite assimilé par l’organisme, qui ne va pas nous servir longtemps. Tout l’inverse du but d’un petit déjeuner qui doit apporter 25% de l’énergie de la journée et l’énergie pour la matinée. Par conséquent, des céréales pour petit-déjeuner oui mais pas n’importe lesquelles.

Il est préférable de consommer des mueslis (attention à la teneur en sucre des mueslis industriels), c’est-à-dire des flocons de céréales simplement écrasées sans ajout de sucre. Vous pouvez par la suite ajouter des fruits (sec ou frais) dans un yaourt ou du fromage blanc ou du lait pour donner l’ensemble des éléments pour un petit-déjeuner équilibré : un produit céréalier, un produit laitier et un fruit. Si vous n’aimez pas les mueslis il reste bien-sûr le pain, de préférence le pain complet ou aux céréales pour donner de l’énergie sur l’ensemble de la matinée. En effet, le pain blanc et la baguette sont de moins bonne qualité, très riches en sucre simple, ce qui ne permet pas d’apporter de l’énergie sur la durée.

Le gouter n’est pas important pour les enfants

Quelle différence devrait-on faire entre enfants et adultes ? Pourquoi auraient-ils besoin d’un repas supplémentaire ? Comme on vous en a déjà parlé, les apports énergétiques sont proportionnels aux dépenses, donc sur la globalité de la journée un adulte mangera davantage. Par contre les dépenses énergétiques ne sont pas les mêmes et ne sont pas organisées de la même façon.

Les enfants ont besoin d’un gouter dans l’après-midi car après les cours ou durant les récréations ils font du sport, ils se dépensent. De plus ils sont à une période de leur vie où leur corps demande de l’énergie pour leur croissance. Par conséquent ils ont des dépenses énergétiques qu’il faut combler. Contrairement à un adulte qui reste dans son bureau. C’est pour la même raison qu’il est préférable de prendre une collation pendant votre séance de sport si elle est trop espacée du repas précédent.

Mon enfant se plaint de la nourriture de la cantine

La cantine est un lieu très redouté des enfants et des parents. Plusieurs cas de figure peuvent apparaitre. Des enfants :

  • vont se mettre à manger de tout
  • ne mangent que des féculents et pas de légumes
  • ne mangent rien
  • vont copier le repas de leurs amis pour se fondre dans le moule

En tout cas la cantine a mauvaise réputation. Mais il faut savoir que les cuisiniers vont faire leur maximum pour à la fois contenter les enfants, à la fois respecter un plan alimentaire (qui peut avoir été créé par un(e) diététicien(ne)) et à la fois rentrer dans le budget. C’est ainsi que la cantine peut être un lieu de découverte culinaire. Certains enfants vont découvrir de nouveaux légumes, de nouveaux plats. La cantine peut être un lieu d’échange entre le personnel de cuisine et les enfants. Il arrive d’ailleurs que des animations y soit faites pour interagir et apprendre des choses aux enfants.

Cependant, la cantine ne doit pas être un lieu de totale découverte. Il est important de faire découvrir de nouveaux goûts aux enfants chez eux. Et il ne faut surtout pas s’arrêter à un refus. Ne pas hésiter à proposer à plusieurs reprises les aliments moins appréciés. Vous pouvez également varier les formes de présentation pour leur donner davantage envie.

Pourquoi ce qui est servi à la cantine peut être sec?

Il est également important de savoir que si les enfants disent que ce qu’ils mangent à la cantine est très sec cela peut être dû à des raisons d’hygiène. En effet, deux systèmes de conservation sont possibles :

  • la liaison froide : le plat est préparé, redescendu en température puis réchauffé avant le service.
  • la liaison chaude : le plat est préparé et est maintenu en température jusqu’au moment du service(>63°C au coeur des aliments). Les aliments peuvent alors devenir secs mais les cuisiniers sont obligés de faire ainsi. Pour contrer ce phénomène ils peuvent rajouter une sauce qui permettra d’avoir un plat plus onctueux.

Le poisson est bon pour la mémoire

C’est une idée très ancrée. Il semblerait qu’elle ne soit pas tout à fait juste mais pas tout à fait fausse non plus. En effet, même si le poisson n’est pas une solution miracle (vous le savez bien l’alimentation est une aide mais ne peut pas tout faire) il a un rôle à jouer. Le poisson contient de l’acide eicosapentaénoique (EPA), l’acide docosahéxaéonique (DHA) et de l’acide arachidonique (AA). Ces graisses ne constituent pas des sources d’énergie utilisées par le cerveau mais elles

  • servent dans le maintien des fonctions cognitives
  • luttent contre la neuro inflammation
  • protègent contre la dépression

Comme vous pouvez le voir dans cet article de l’inra (en cliquant ici), la mémoire n’est donc pas directement impactée par la consommation de poisson. Cependant, les acides gras EPA, DHA et AA sont protecteurs vis à vis du cerveau. Et c’est en ça que le poisson est bon pour la mémoire. Il ne vous permettra pas d’apprendre quelque chose par coeur. Par contre il aide votre cerveau à maintenir son activité, et notamment l’activité cognitive, de façon optimale. Il semblerait que le poisson aide à diminuer le risque d’apparition de maladies neuro-dégénératives telle que la maladie d’alzheimer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *