Le livre noir de l’agriculture d’Isabelle Saporta – En apprendre davantage sur la production agricole

Nous nous éloignons de plus en plus du modèle agricole traditionnel, vivrier. De moins en moins de personnes savent comment est produit ce que l’on mange. Il est souvent dit que « nous sommes ce que nous mangeons ». Mais les temps ont changé. Désormais nous devrions plutôt dire « Nous sommes, ce que consomme (produits phytosanitaires, antibiotiques …), ce que nous mangeons ». En effet notre santé est liée à notre alimentation. Mais notre alimentation est elle aussi sous l’influence de ce que l’on utilise pour la produire. Nous pouvons retrouver des pesticides, des métaux lourds dans les plantes, des antibiotiques dans notre viande etc. Tout ceci va donc influencer notre santé de manière direct ou indirecte. L’alimentation qui était autrefois si simple, avec de bons produits, rustiques, avec du goût, marqués par un terroir s’est peu à peu transformée en une alimentation industrielle, productiviste, hors sol, hors saison …

Les agriculteurs

Dans ce livre, Mme Saporta journaliste d’investigation titulaire d’un doctorat en science politique se confronte à l’univers impitoyable de l’agriculture. Pour se fait, elle s’est beaucoup documentée mais surtout s’est rendue sur le terrain. Ainsi, elle a rencontré des défenseurs d’une alimentation saine, de cultures qualitatives, responsables, durables, des agriculteurs travaillant pour de grosses coopératives et des chercheurs, en génétiques, en chimie. Grâce à ce large panel d’acteurs de la production alimentaire vous aurez une vision globale de la façon dont ce que vous mangez est produit : qu’il s’agisse de la viande, des fruits, des légumes, des céréales.

A la recherche d’une alimentation saine

Grâce aux constations et aux discours des différents acteurs interrogés, l’auteur vous donne des clés pour améliorer votre équilibre alimentaire et notamment la qualité des aliments que vous prenez. Au travers un discours engagé, Mme Saporta vous encourage à vous rapprocher des circuits courts et surtout des petits producteurs. En effet, plus les productions seront importantes plus les producteurs devront se rapprocher des méthodes utilisées par les grosses coopératives. Traitements chimiques, hormones en tout genre, ajout d’additifs, pesticides, antibiotiques… auront alors de grandes chances de se retrouver dans votre assiette. Alors que chez un petit producteur local, bio de préférence, qui saura vous expliquer sa façon de fonctionner, les produits qu’il utilise et surtout sa vision de l’agriculture alors vous pourrez être sûr de la qualité de ce que vous aurez dans votre assiette.

Certes les prix seront peut être un peu plus élevés et encore ce n’est pas sûr mais la qualité et le goût seront présents. Une question se pose alors :

Préférez-vous payer plus cher maintenant et limiter le risque de développer une maladie comme le diabète, la NASH ou le cancer ? Ou préférez-vous continuer à prendre des produits moins chers et moins bon au risque d’être malade plus tard?

Notre avis :

Ce livre permet au grand publique de mieux appréhender les changements effectués dans son alimentation (au niveau de la qualité nutritionnelle et gustative des aliments). L’augmentation importante de la population mondiale a entrainé une agriculture de plus en plus productiviste et non locale. Nous avons dans nos mains les clés pour décider de l’agriculture du futur. Ne laissons pas les gros multinationales décider ce que nous allons manger. Mettons la qualité au centre de nos priorités. Sans oublier la production locale pour une meilleure qualité et favoriser une économie locale.

Nous sommes ce que consomme ce que nous mangeons ! Nous sommes ce que nous achetons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *